Bienvenue

Quelques habitants de Presinge, se sachant mortels et curieux d’en savoir plus sur cet avenir inéluctable, ont décidé d’organiser plusieurs soirées-échange intitulées «dialogues en mortalité». 

Le groupe initiateur qui comprenait Liliane de Toledo, Erika et Patrice Mugny s'est enrichi de la participation d'Anne-Marie Struijk qui apporte sa grande expérience dans ce domaine. [Nouvelle photo à venir].

La proposition qui sous-tend ces rencontres est d’aborder cette étape de la vie selon différentes portes d’entrée. Lors de chaque soirée un ou une intervenant(e) donne sur le sujet un éclairage particulier issu de son vécu pour inviter les participants à approfondir l’exploration en partageant leurs propres expériences.  

Les rencontres se tiennent chez Liliane de Toledo, 45 route des Eaux-Belles, Grand Cara Presinge à 20h (voir plan et itinéraire sous la rubrique Localisation). Une verrée suit l’échange. 
Les lieux n’étant pas extensibles, il importe de s’inscrire ici-même. 
Les participants seront acceptés dans l’ordre d’inscription. Accès aux formulaires d’inscription.



Détails du programme ci-dessous (dérouler la page).

Ou liens directs des prochaines rencontres : 

Jérôme Ducor

Jeudi 28 septembre 2017 à 20h.
Jérôme Ducor, spécialiste des religions extrêmes-orientales et, entre autres, conservateur du Département Asie du MEG (Musée d'Ethnographie de Genève).

La mort à vivre, un regard bouddhiste.

Photo © Le Temps

Né et vivant à Genève, Jérôme Ducor s'est initié aux études bouddhiques à l'Université de Lausanne, avant de poursuivre par une licence en histoire des religions et un doctorat en japonologie à l'Université de Genève. Il s'est spécialisé dans le bouddhisme japonais, notamment à l'Université Ryûkoku (Kyôto), où il est chercheur invité permanent du Bukkyô-bunka-kenkyûsho.
De 1992 à 1993, il a enseigné les religions extrême-orientales à l'Université McGill (Montréal). Privat-docent à la section de langues et civilisations orientales(act. Section de langues et civilisations slaves et de l'Asie du Sud) de l'Université de Lausanne et chargé de cours à l'Unité de japonais de l'Université de Genève, il est le conservateur du département Asie du Musée d'ethnographie de Genève (MEG).
Site officiel : Pitaka

Auteur notamment de :
"Asie : la mort dans la vie, la vie dans la mort"; La mort à vivre (Genève, Musée d'ethnographie, 1999), p. 36-53.
"L'ABC des rites mortuaires"; Petit Manuel des rites mortuaires (Genève, La Joie de lire, 1999; ISBN 2-88258-163-7), p. 11-80.
Autres liens : La mort à vivre (Le Temps, 1999), Jérôme Ducor, conservateur au Musée d'ethnographie de Genève, et bonze cool (Le Temps, 2015), Vidéos (RTS, divers dates)

Entrée libre, chapeau pour les frais des intervenants.
Pour réserver merci de remplir le formulaire ci-dessous :

Armelle Six

- ARMELLE, POUR RAISONS DE SANTE, ANNULE SA VENUE A GENÈVE -

A la place nous proposons un dialogue "Accompagnement de fin de vie et deuil" avec Dominique Sauthier, formatrice à la Maison de Tara et enseignante depuis de nombreuses années à l'Ecole Occidentale de méditation créée par Fabrice Midal - voir plus bas dans la page.
 

* * *

Jeudi 19 octobre 2017 à 20h.
Armelle Six, enseignante spirituelle avant vécu une bouleversante ouverture de conscience lors du décès de son fils. 

Le deuil, un processus naturel.



Suite au décès de son fils en avril 2001 et face à la surprise, à l’intensité de l’événement et au vide rencontré, Armelle Six sent une brèche s’ouvrir en elle qui précède un grand bouleversement de toute sa perspective. Toute sa vie s'effondre et pourtant elle vit aussi une beauté incroyable; au coeur des larmes et du désarroi, surgissent aussi des rires et une joie spontanée retrouvée. Sa vie prend une toute nouvelle direction; après 15 années de profond cheminement intérieur elle reconnaît que celle qu'elle est aujourd'hui, est celle qu'elle a toujours été. "Je suis née comme ça, je l'étais petite fille puis, je l'ai oublié... Mon fils m'y a ramenée !"

"Le deuil est un processus naturel qui se passe de lui-même quand nous ne retenons pas son mouvement en bloquant nos émotions. Les deuils retenus empêchent notre énergie de vie de fonctionner naturellement et peuvent entraîner des conséquences sur l'ensemble de notre vie. Lors de cette soirée, j'aurais la joie de vous partager mon expérience depuis la mort de mon fils il y a 16 ans et toute la vie qui s'est révélée. Non en poussant ou voulant éviter la douleur mais en laissant être ce qui se vivait et en m'abandonnant au mouvement de vie en moi. Nous passerons un moment profond de dialogues et d'exploration de notre expérience de la mort de quelqu'un et de ce qui se vit réellement à ces moments-là. Je me réjouis de faire ce voyage en douceur et curiosité avec vous et découvrir ce que la vie souhaite nous enseigner." 
Site officiel : Rencontre en présence

Armelle animera un weekend de "Danse dans le mouvement de la vie" le samedi 21 et le dimanche 22 octobre :"Ose qui tu es"
Infos et inscriptions : Shanti news 

Entrée libre, chapeau pour les frais des intervenants.
Pour réserver merci de remplir le formulaire ci-dessous :

Dominique Sauthier

Jeudi 19 octobre 2017 à 20h.
Dominique Sauthier, formatrice à la Maison de Tara et enseignante depuis de nombreuses années à l'Ecole Occidentale de méditation créée par Fabrice Midal.

Accompagnement de fin de vie et deuil.



Dominique Sauthier travaille bénévolement dans l'équipe d'accompagnement de la Maison de Tara, résidence qui accueille, "comme à la maison", des personnes en fin de vie. Dominique est pleinement engagée dans le chemin de la méditation depuis de longues années, et a été l'une des premières intervenantes de l'École. Elle présente à Genève des soirées hebdomadaires et dimanches de pratique. Son engagement dans la transmission de la méditation joue un rôle essentiel dans le fleurissement de la partie de l’École occidentale de méditation en Suisse.
Source du texte (et de la photo) : Ecole occidental de méditation

"Une amie m’a rappelé que lorsque je me suis engagée à la formation d’accompagnement à la fin de vie proposée par la Maison de Tara (un lieu pour mourir comme à la maison), elle m’avait demandé quelle était ma motivation. Je lui avais répondu « Je ne sais pas encore ». Sept années plus tard, la réponse est venue au cours de ces huit derniers mois, où il m’a été donné d’accompagner, jusqu’à leur dernier souffle, mon père, mon compagnon et ma mère. Ces trois décès ont eu lieu à domicile, et le fait d’avoir été présente pendant tout le processus m’a permis de faire une bonne partie du deuil. Trois décès, trois situations différentes avec, chacune, ses leçons d’humanité. C’est de cette expérience d'une mort devenue si intime et pourtant si mystérieuse dont je tenterai de parler."
Site internet : Maison de Tara

Entrée libre, chapeau pour les frais des intervenants.
Pour réserver merci de remplir le formulaire ci-dessous :

Rabin Garaï

Jeudi 9 novembre 2017 à 20h
François Garaï, rabbin, fondateur du GIL (Communauté Juive Libérale de Genève).

La mort, une réalité quotidienne ou une fin ? 



Né en 1945 à Paris, François Garaï reçoit le titre de rabbin en juin 1968. Il devient le premier rabbin libéral en Suisse au sein de la English Speaking Jewish Community of Geneva. En 1970 il fonde la communauté libérale francophone : GIL (Communauté israélite libérale de Genève) dont il est jusqu'à ce jour le rabbin.
Il participe à la création de plusieurs communautés libérales en France (Marseille, Lyon, Grenoble, Strasbourg) et à celle de la Fédération du judaïsme libéral.
Il a publié Le monde des Mitzvot (pratiques juives libérales), le Monde de l'Ethique et a dirigé la publication du Siddour Sefat haNechamah (livre de prières journalières) et du Mahzor Sefat haNechamah (livre de prières des Grandes Fêtes).
Il a présidé le Bureau européen du Mouvement pour le judaïsme libéral et a participé à la création de la Plateforme inter-religieuse de Genève ainsi qu'à celle de l'Association de l'Appel Spirituel de Genève.
Il préside aujourd'hui le Conseil rabbinique regroupant les rabbins en exercice au sein des communautés libérales en Europe francophone.
Site officiel : GIL

Entrée libre, chapeau pour les frais des intervenants.
Pour réserver merci de remplir le formulaire ci-dessous :

Camille Bierens de Haan et Paul Grant

Jeudi 7 décembre 2017 à 20h
Camille Bierens de Haan, conteuse et
Paul Grant, musicien spécialisé dans les traditions orientales.

La mort dans les contes.


Au début des années 80, ma fille avait 3 ans et moi qui à l’époque faisais de la chanson engagée, je me souvenais à peine de ce qui était arrivé au Petit Chaperon rouge ...J’ai alors lu et redécouvert le trésor et la profonde poésie de la littérature orale ; j'ai dévoré, me suis enfouie dans le monde des contes, me suis formée ; j'ai lu, j'ai écrit, ma voix était prête et en quelques années, je suis passionnément devenue conteuse professionnelle à mon tour. J’habitais Marseille, j'y ai organisé des Soupers-Veillées chez les sœurs Laffitte (librairie-restaurant).  Puis j'ai découvert le Massif de la Ste-Baume, et le village perché de Lincel: j'y ai monté entre 1987 et 1993 les premières Nuits du Conte en Provence où la parole scientifique se mêlait à la tradition orale. On passait toute la nuit dehors à marcher et écouter, et cela finissait en musique au lever du soleil. C'était grandiose. 
Et puis la roue de la vie a tourné. Rentrée en Suisse, j'ai réimplanté une première édition de Nuit du Conte à Plan-les-Ouates en 1996 avant de changer complètement de direction et d'activités.
Aujourd'hui, après une "carrière" foisonnante et zigzagante qui m'a menée des soins palliatifs et de l’enseignement à distance, au militantisme associatif et l'animation de stages de clown, je reviens à moi-même, au chant et à la scène. 
Pour ressentir à nouveau la magie du contact avec un public, pour éprouver la résonance des mots et la vibration de ma voix, je dois me retrouver un répertoire qui fasse sens en ces temps de basculement de civilisation ... dont on ne sait pas très bien dans quel état l'humanité sortira. La mort, thème éternel et inévitablement juste ... mais la mort de qui, ou de quoi ?  
Je me prépare avec bonheur à cette soirée en fouillant dans ma mémoire et dans les trésors imaginaires de la littérature (site web en réfection). 



Musicien, interprète et professeur, Paul Grant est américain de naissance, oriental de cœur et genevois d’adoption. Il est l’un des rares occidentaux à s’être, depuis plus de 40 ans, totalement consacré à l’étude des musiques orientales. Il est reconnu pour sa maîtrise de l’art du santur dans une variété de répertoires classiques : Inde, Perse, Afghanistan et Cachemire. Il a d’ailleurs largement étudié les liens qui existent entre ces cultures et est également spécialisé dans le tabla et le sitar. Manifestant une passion pour les instruments rares et anciens et pour les styles d’interprétations traditionnels, il a restauré et construit plusieurs instruments  qui sont le fruit de sa quête existentielle pour une sonorité parfaite !
Parmi ses derniers enregistrements :
- Voyage en Orient, avec Nayan Gosh, Ross Daly et Bijan Chemirani (Arion ARN 64633),
- Dialogues et Ragas for Serenity, Musique classique de l'Inde du Nord, avec Nayan Gosh (Arion ARN 64633) et
- Santur Saga, avec Nayan Gosh, Irshad Hussein Khan et Rafael Riqueni (Production Nagma).
Site officiel : Paul Grant / Chaine Youtube

Entrée libre, chapeau pour les frais des intervenants.
Pour réserver merci de remplir le formulaire ci-dessous :

Edmond Pittet

Jeudi 18 janvier 2018 à 20h.
Edmond Pittet, directeur des Pompes Funèbres Générales de Lausanne.

La mort humanisée


Edmond Pittet, responsable d'une maison funéraire, nous initie avec son équipe à un monde qui, en un premier temps, nous heurte, parce que le choc et l'apparence de la mort sont toujours difficiles à regarder en face. Cette mort, qui ne cesse de remettre en question notre naissance, notre parcours, notre propre fin  Edmond Pittet nous transmet, au travers de nombreux témoignages, une présence humaine qui est de l'ordre de la pérennité.
Source du texte : Payot
Bibliographie :
- La mort oubliée, Ed. Cabédita, 1992
- La mort humanisée, Ed. Ouverture, 2009
Site officiel : Pompe Funèbre Générale de Lausanne
Autres liens : Interview (RTS, 2014) / La mort et l'enfant (Club 44, 2016)

Entrée libre, chapeau pour les frais des intervenants.
Pour réserver merci de remplir le formulaire ci-dessous :

Francis Zimmermann

Vendredi 23 février 2018 à 20h.
Francis Zimmermann, pratiquant de l'Advaïta Vedanta et accompagnateur de fin de vie.

La mort : ennemie ou amie ?


Enfant de batelier, devenu cheminot, puis thérapeute en médecine chinoise et enseignant de Qi Gong, Francis Zimmermann vit avec sa famille dans la campagne alsacienne, non loin de Strasbourg, environné de grands arbres, tout près d'une rivière dont le nom signifie déesse-mère. Vers l'âge de 30 ans, Francis découvre l'Advaïta Vedanta, ce qui le conduit à suivre, 20 ans plus tard, de 2005 à 2015, en Allemagne, les enseignements de Om C. Parkin, puis ceux de Francis Lucille. Depuis 1999, Francis Zimmermann anime, chez lui, rencontres et séminaires, dans un centre qu'il a créé de ses propres mains. Décrire la teneur de ces rencontres reviendrait à les trahir, car Francis ne prémédite rien : il s'abandonne à ce que lui suggèrent le moment, les êtres présents, le souffle du vent ...

"Une ombre dont on ne perçoit guère la lumière tant le voile de la peur nous sépare de ce qui nous est pourtant très proche et très intime. Tout ce qui est amené à naître est voué à disparaître. Mourir dans ce qui est ouvre la perspective de notre ( possible ) immortalité". 
Site officiel : Centre Advaïta de Strasbourg

Entrée libre, chapeau pour les frais des intervenants.
Pour réserver merci de remplir le formulaire ci-dessous :

Sylvie Dethiollaz

Jeudi 8 mars 2018 à 20h.
Sylvie Dethiollaz, docteur en biologie moléculaire, directrice de ISSNOE (Institut Suisse des Sciences Noétiques).

NDE (Near-Death Experiences), Expérience de Mort Imminente (EMI).

Photo © Fémina

Sylvie Dethiollaz est docteure en biologie moléculaire et directrice de l'Institut Suisse des Sciences Noétiques. 
ISSNOE a pour but l’étude de la Conscience à travers les états modifiés de conscience dits non-ordinaires et l’encouragement d’une recherche pluridisciplinaire à leur sujet, ainsi que l'étude méthodique et scientifique des relations entre l'esprit et la matière, entre la psychologie et la physique. L'Institut propose également des rencontres de soutien aux personnes ayant vécu des NDE ou autres états modifiés de conscience.  
Bibliographie, co-auteure avec Claude-Charles Fourrier, psychothérapeute : 
- Etats Modifiés de Conscience, NDE, OBE et autres expériences aux frontières de l'esprit, Ed. Favre, 2011
- Voyage aux confins de la conscience. Dix années d'exploration scientifique des sorties de corps. Le cas Nicolas Fraisse. Ed. Guy Tredaniel, 2016
Site internet : ISSNOE
Autres liens : Aux limites de la conscience (France Culture, 2017), Mélanie Chappuis rencontre Sylvie Déthiollaz (RTS, 2017)

Entrée libre, chapeau pour les frais des intervenants.
Pour réserver merci de remplir le formulaire ci-dessous :

Gabriela Jaunin

Jeudi 12 avril 2018 à 20h.
Gabriela Jaunin, accompagnatrice bénévole d'Exit (ADMD Suisse, Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité).

L'assistance au suicide

Photo © Tribune de Genève

- infos à venir -

Autre lien : Cette mère de famille a aidé 200 personnes à mourir (TDG, 2016)

Entrée libre, chapeau pour les frais des intervenants.
Pour réserver merci de remplir le formulaire ci-dessous :